Prix d’excellence en environnement: la construction à l’honneur

«Entreprises, individus, producteurs agricoles, institutions ou municipalités, ils ont en commun le fait d’avoir posé des gestes positifs et concrets en environnement et en développement durable», signale Denis Poirier, trésorier de la Fondation estrienne en environnement (FEE), en s’exprimant au nom de son président, Guy Fouquet.

Le président d’honneur de la 16e remise des Prix d’excellence en environnement est l’ingénieur Yvan Laberge, qui est président de l’Association de la construction du Québec (ACQ) pour la région de l’Estrie.

«L’ACQ-Estrie fête ses 75 ans d’existence et elle a pris un virage vert», note M. Laberge, qui est associé chez Beaudin Le Prohon. «Les bâtisseurs sont de plus en plus sensibles à la cause environnementale», explique-t-il, que ce soit dans les méthodes de construction, dans le souci du bilan énergétique ou dans le choix des matériaux utilisés.

«Depuis trois ans, ajoute-t-il, on a mis sur pied un comité Bâtir vers l’avenir, et on a entre autres des conférences destinées à nos membres pour diffuser l’information sur les méthodes à utiliser pour créer des bâtiments plus efficaces».

Le dévoilement des noms des finalistes d’hier s’est tenu au Centre Roland-Dussault, soit le vaste stade de soccer aménagé en 2007 et attenant à l’Aréna Eugène-Lalonde. Une particularité du Centre Roland-Dussault est qu’il est doté d’un mur chauffant à énergie solaire. «L’Estrie est la région du Québec où il y a le plus d’installations de chauffage solaire à l’air», signale l’ingénieur Christian Vachon, d’Enerconcept Technologies inc. «On a réalisé ça ici avec Axor et Beaudin Le Prohon».

Le mur permet de réduire la facture de chauffage annuelle qui avoisine les 100 000 $. M. Vachon estime l’économie «entre 5000 et 10 000 $».

«Il s’agit d’un projet dans lequel la Ville de Sherbrooke a investi environ 12 millions $», souligne le conseiller municipal Marc Denault, qui est président du Comité consultatif d’urbanisme. Celui-ci rappelle par ailleurs que la préoccupation environnementale est de plus en plus présente à la Ville de Sherbrooke.

Téléchargez la version PDF

Voir le lien original

Ce contenu a été publié dans Nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>